Dommage. Début juillet le soleil brillait après un printemps chaud et clair qui avait permis une floraison de la vigne précoce et rapide, c’est-à-dire en peu de jours, condition importante pour voir les raisins arriver à maturité en même temps. Nous nous étions dits que les éléments s’organisaient pour permettre une récolte dans le style du 1947 qui fut certainement l’année du vingtième siècle. Et nous avions pensé à des vendanges possibles fin août. Puis l’été fut frais et pluvieux. La campagne qui avait séché est redevenue verte durablement. Nous n’avions jamais vu autant d’herbes pousser en juillet et août. Le vignoble de Croque-Michotte, à lui seul, a ainsi dû absorber plusieurs dizaines de tonnes de carbone récupéré dans le gaz carbonique de l’air, formant les matières nécessaires pour les engrais naturels et gratuits de la vigne.